ACCOUCHEMENT Santé

Dépression Post Partum

Je viens d’avoir un bébé. Pourquoi je me sens en mauvaise humeur?

 

Si vous êtes une nouvelle maman qui s’attendait à être en pleine joie à ce stade, il pourrait être troublant et confus lorsque vous ressentez le contraire. Assurez-vous, vous n’êtes pas seul: de 40 à 80 pour cent des nouvelles mères connaissent le baby blues – un état émotionnel de larmes, de malheur, d’inquiétude, de doute et de fatigue. Le baby blues commence généralement quelques jours après l’accouchement et s’en va tout seul dans une semaine ou deux.

 

Cependant, si vos sentiments semblent inhabituellement intenses et ont duré plus que de deux semaines, vous vous demandez peut-être si vous avez un problème plus grave, cela pourrait être une surprise, mais toutefois vous pourriez avoir une dépression post partum (DPP).

 

Qu’est-ce que la dépression post partum?

 

Il est parfois difficile de distinguer la différence entre la dépression clinique, le stress normal et l’épuisement de la nouvelle parenté. Mais si vos sentiments de tristesse ou de désespoir sont si puissants qu’ils vous empêchent de pouvoir accomplir vos tâches quotidiennes comme s’occuper de vous-même et d’autrui – vous pourriez soupçonner une depression post partum.

 

Environ 10 pour cent des nouvelles mères développent une depression post partum, mais certains experts croient que le nombre est encore plus élevé car beaucoup de femmes ne cherchent pas de traitement. Si vous êtes en difficulté, consultez votre médecin tout de suite pour un dépistage de la santé mentale.

 

Selon l’American Psychiatric Association, la dépression post partum peut commencer dans les semaines qui suivent la grossesse ou même avant. (Environ la moitié des femmes atteintes de dépression post partum ont des symptômes pendant la grossesse).

 

Si votre médecin pense que vous avez une dépression à tout moment après votre accouchement, il peut vous renvoyer à un conseiller et vous prescrire des médicaments antidépresseurs, si nécessaire, ou vous renvoyer à un psychiatre pour un traitement. Que vous soyez diagnostiqué avec une dépression avant, pendant ou après la grossesse, obtenir un traitement est important et capital.

 

Les symptômes de la depression post partum et de dépression qui surviennent avant ou pendant la grossesse sont les mêmes. Vous pourriez avoir une dépression post partum si vous ressentez cinq ou plusieurs des symptômes suivants presque tous les jours, pendant la majeure partie de la journée, pendant au moins deux semaines consécutives:

 


  • Tristesse extrême, vide ou désespoir.

  • Pleurer tout le temps.

  • Perte d’intérêt ou manque de jouissance dans vos activités et hobbies habituels.

  • Trouble de sommeil la nuit ou difficulté à rester éveillée pendant la journée.

  • Perte d’appétit ou trop mangé, perte de poids involontaire ou gain de poids.

  • Des sentiments écrasants d’inutilité ou de culpabilité accablante.

  • L’agitation ou la lenteur.

  • Difficulté à se concentrer ou à prendre des décisions.

  • Sentir que la vie ne vaut pas la peine d’être vécue.

 

D’autres signes possibles que vous pourriez être déprimée incluent:


  • Être irritable ou en colère.

  • Éviter les amis et la famille.

  • Se soucier excessivement de votre bébé.

  • Être désintéressée de votre bébé ou incapable de prendre soin de lui.

  • Se sentant tellement épuisée que vous ne pouvez pas vous lever du lit pendant des heures.

 

Dans de rares cas, certaines femmes souffrant de la Dépression Post partum ont des pensées délirantes ou des hallucinations et peuvent nuire à leurs bébés.

 

 

Remarque: Si vous avez des pensées à vous blesser ou blesser votre bébé, il s’agit d’une question de santé urgente. Contactez votre médecin immédiatement.

 

Quelles sont les causes de la dépression après l’accouchement?

 

La  Dépression post partum résulte d’une combinaison de facteurs hormonaux, environnementaux, émotionnels et génétiques qui échappent à votre contrôle. Certaines femmes se sentent en quelque sorte responsable de la DPP, mais la dépression ne se produit pas à cause de quelque chose que vous avez fait ou pas fait.

 

Vous pouvez également être plus susceptible d’avoir une DPP si vous avez eu une dépression ou une anxiété pendant la grossesse ou si vous avez eu le baby blues après l’accouchement. D’autres facteurs qui contribuent au développement de la dépression post partum comprennent l’épuisement physique après l’accouchement, l’ajustement affectif de devenir parent et privation de sommeil.

 

Quelle est la différence entre une DPP et dépression?

 

la seule différence est le timing : la dépression s’appelle une dépression post partum quand elle se produit pendant la période après l’accouchement, contrairement à la dépression qui n’est pas liée à la grossesse, la DPP est liée aux changements hormonaux uniques qui surviennent après l’accouchement. Les chercheurs pensent que les changements soudains dans les niveaux d’hormones après l’accouchement d’un bébé peuvent déclencher une dépression chez les femmes qui sont plus sensibles aux changements d’œstrogène et de progestérone.

 

 

Est-ce que je risque la dépression post partum?

 

Certaines femmes courent un risque plus élevé de DPP. Les prédicteurs les plus forts de la dépression post partum sont:

  • Dépression ou anxiété pendant la grossesse
  • Des événements stressants pendant la grossesse ou peu après l’accouchement
  • Expérience d’accouchement traumatique
  • Accouchement prématurée
  • Un bébé ayant besoin de soins intensifs néonatals
  • Manque de soutien social et moral
  • Histoire antérieure de la dépression
  • Problèmes d’allaitement

 

Les autres facteurs de risque comprennent aussi :

  • Baby blues après l’accouchement
  • Grossesse non planifiée ou indésirable
  • Un bébé ayant des anomalies congénitales ou d’autres problèmes médicaux
  • Les bébés multiples (comme les jumeaux ou les triplets)
  • Antécédents familiaux de problèmes psychiatriques
  • Être célibataire
  • Faible statut socioéconomique ou instabilité financière
  • Violence domestique
  • Chômage
  • De nombreux rendez-vous médicaux pendant la grossesse
  • Diabète préventif ou gestationnel

 

Rappelez-vous que ces facteurs de risque ne causent pas réellement de dépression post partum. De nombreuses femmes souffrant de multiples facteurs de risque ne subissent jamais de dépression clinique ou d’anxiété, alors que d’autres personnes ayant un seul facteur de risque (ou même aucun) peuvent se retrouver avec un diagnostic de la DPP.

 

Comment la dépression post partum est-elle traitée?

 

Le traitement de la dépression post partum est le même que le traitement de la dépression qui se produit avant ou pendant la grossesse. Si vous avez des symptômes légers, votre médecin peut recommander une attente vigilante avec des check-in réguliers. Si vos symptômes sont plus sévères, votre médecin peut recommander une thérapie vocale, des médicaments antidépresseurs ou les deux à la fois.

 

La thérapie par le dialogue, également appelée counseling ou psychothérapie, peut être individuelle avec votre thérapeute ou dans un groupe avec d’autres femmes ayant une expérience similaire. En thérapie familiale ou conjugale, un thérapeute travaille avec vous et votre partenaire ou vos proches.

 

Les antidépresseurs équilibrent les produits chimiques du cerveau qui régulent votre humeur. Parlez avec votre médecin au sujet des différents types d’antidépresseurs – certains sont combinés pour obtenir de meilleurs résultats. Vous allez probablement commencer à vous sentir mieux après avoir pris le médicament pendant trois ou quatre semaines.

 

Les antidépresseurs peuvent causer des effets secondaires, mais la plupart se résolvent après un court laps de temps. Si vous rencontrez des effets secondaires qui interfèrent avec votre vie quotidienne, ou si votre dépression s’aggrave, informez immédiatement votre médecin.

 

Certaines femmes ont une DPP très sévère qui ne répond pas à la thérapie par la parole ou aux médicaments. Dans ce cas, un fournisseur de soins de santé peut suggérer un traitement électro convulsif (ECT). Dans ce traitement, de petits courants électriques sont passés à travers le cerveau alors que le patient est sous anesthésie générale. Les experts croient que cette stimulation électrique provoque des changements chimiques dans le cerveau qui soulagent les symptômes de dépression.

 

Est-il sécurisé de prendre des antidépresseurs pendant l’allaitement?

 

Il est généralement considéré comme sûr de prendre des antidépresseurs pendant l’allaitement. Le médicament passe chez votre bébé par le lait maternel, mais les niveaux sont très bas.

 

Les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine sont considérés comme l’option la plus sûre et sont fréquemment prescrits aux femmes allaitantes souffrant de dépression. D’autres médicaments pour la dépression semblent également être sûrs, y compris les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la norepinephrine et la plupart des antidépresseurs tricycliques (ATC).

 

Selon quelques études, les bébés allaités de mamans qui prennent des antidépresseurs peuvent être légèrement plus irritables ou avoir une difficulté à s’alimenter ou à dormir. Cependant, les bébés de mamans souffrant de dépression non traitée peuvent également avoir ces mêmes problèmes.

 

Si vous vous demandez si les changements dans la consommation, le sommeil ou le comportement de votre bébé peuvent être causés par votre médicament, parlez à votre médecin. (Continuez à prendre votre médicament à moins que votre médecin ne vous dise d’arrêter.)

 

Pourquoi est-il important de chercher un traitement?

 

La dépression non traitée peut être solitaire, confuse et même effrayante si votre état s’aggrave. La bonne nouvelle est que c’est très traitable, donc vous ne devez pas vous sentir pareil.

 

 

Le traitement fournit le soutien dont vous avez besoin pour vous empêcher de glisser dans une dépression profonde qui est plus difficile à en ressortir. En outre, avoir une thérapeute et un médecin qui comprennent votre état peuvent vous aider à vous sentir moins seul. Et sentir mieux signifie que vous pouvez vous lier plus facilement avec votre bébé et être en mesure de mieux s’occuper de lui.

 

Si votre médecin a recommandé une attente vigilante, il est important de continuer à le voir pour des rendez-vous réguliers pendant que vous rencontrez des symptômes, afin que vous puissiez commencer une thérapie orale ou des médicaments si vous commencez à vous sentir pire.

 

 

Qu’est-ce que l’anxiété post partum?

 

Beaucoup de femmes atteintes de DPP se sentent inquiètes ou anxieuses, mais si vous avez des sentiments persistants d’inquiétude intense ou de panique qui cause une grave détresse et vous empêchent de faire vos activités quotidiennes, vous pourriez avoir un trouble anxieux. Des recherches récentes ont démontré que 8,5 pour cent des mamans post partum avaient une anxiété clinique.

 

Les craintes communes incluent des inquiétudes incontrôlables concernant le syndrome de la mort subite du nourrisson ou la crainte que votre bébé vous soit enlevé. Vous pourriez vous inquiéter excessivement d’être critiquée pour vos compétences parentales ou de ne pas avoir le soutien d’amis et de famille. Vous pouvez également ressentir une conscience intense de votre corps post-partum et craindre d’être intime avec votre partenaire. Un trouble anxieux peut également affecter votre santé physique. Par exemple, vous risquez d’avoir une tension musculaire ou aurez du mal à dormir.

 

Le traitement est disponible pour les troubles anxieux post-partum, alors informez immédiatement votre médecin si vous ressentez un sentiment d’inquiétude ou de panique écrasante.

 

 

Comment puis-je faire face à la dépression post partum?

 

En plus d’obtenir de l’aide professionnelle, voici quelques façons de prendre soin de vous lorsque vous avez affaire à une DPP:

 

Soyez bon avec vous-même

Assurez-vous que vos propres besoins de base sont satisfaits: essayez de dormir et de bien manger, et faites de votre mieux pour ne pas vous sentir coupable. Avoir une DPP ne signifie pas que vous êtes une mauvaise mère ou que vous n’aimez pas votre enfant. Après avoir commencé le traitement, ces sentiments de culpabilité et de désespoir devraient commencer à s’effacer.

 

Ne demandez pas trop de vous-même

Si vous avez une dépression clinique ou une anxiété, il peut être assez difficile de sortir du lit et de faire face à la journée. Soyez douce avec vous même, et prenez les choses une à la fois.

 

Demander un soutien

Une partie d’être une bonne mère est de savoir quand demander de l’aide, alors n’ayez pas peur de la demander pendant ce temps difficile. Laissez votre partenaire connaître les différentes façons d’aider, que ce soit en prenant soin du bébé, en traitant les tâches ménagères ou en allant avec vous aux rendez-vous médicaux. Les parents ou les amis proches peuvent également vous aider.

 

Partagez vos sentiments

Gardez les lignes de communication ouvertes avec votre partenaire et parlez lui de ce qui se passe. Appelez une amie sympathique. Rejoignez un groupe de mères ou un groupe de soutien de DPP. Vous pourriez être surprise par le nombre de femmes qui éprouvent des sentiments semblables.

 

Prenez soin de vous

Prendre soin de votre physique peut parfois vous aider à vous sentir mieux à l’intérieur. Demandez à votre partenaire ou à une amie de garder un œil sur votre bébé afin que vous puissiez prendre une douche ou un bain relaxant. Rendez-vous dans un magasin et faites du shopping juste pour vous et achetez quelque chose de nouveau pour la garde-robe de votre bébé. Portez une tenue préférée durant les jours particulièrement difficiles pour vous donner un coup de pouce.

 

Se reposer

Les rigueurs de la prise en charge d’un nouveau-né 24/7 peuvent vous laisser épuisée. Malheureusement, les mamans souffrant d’états d’humeur post-partum ne peuvent souvent pas dormir quand elles veulent. Mais il est encore important de faire des pauses pour se reposer, même si vous venez de lire un magazine ou de regarder la télévision. Prendre des siestes de 10 minutes est également utile. Considérez l’embauche d’une baby-sitter expérimentée avec les nouveau-nés, ou demandez à un parent ou à une amie de garder votre bébé pendant une heure environ chaque jour.

 

Remarque: mettez toujours votre bébé sur une surface de sommeil sécuritaire (comme son lit de bébé ou son berceau) avant de vous reposer. Somnolé votre bébé dans vos bras tandis que vous êtes dans un canapé ou un lit d’adulte est un facteur de risque de syndrome de mort subite du nourrisson et d’autres types de blessures et décès liés au sommeil.

 

Venture à l’extérieur

Mettez votre bébé dans une poussette et faites une promenade dans le bloc, ou rencontrez une amie dans un parc voisin. L’air frais, le soleil et la conversation feront du bien pour vous et votre bébé. Même si une brève excursion est gênante ou fatigante pour vous en ce moment, passez juste un petit moment à l’extérieur, fermez les yeux et respirez profondément, ou asseyez-vous au soleil pendant quelques minutes.

Ralentissez

Résistez à la tentation de faire la lessive ou d’autres corvées pendant que votre bébé dort. Le ménage peut attendre. Faites-vous livrer de la nourriture, ou demandez à votre partenaire de ramener des plats à emporter sur le chemin du retour. Résistez à l’envie de vérifier votre courrier ou votre téléphone, et détendez vous avec un livre et une tasse de thé à la camomille à la place. Si vous partez en congé de maternité, ne vous inquiétez pas de tout le travail qui vous attend au bureau. Vous allez bientôt revenir sur la bonne voie.

 

Mon partenaire a une DPP. Comment puis-je rendre sa vie plus facile?

 

Ce qui est le plus important, c’est que votre partenaire reçoit un traitement approprié. Vous ne pouvez pas réparer une DPP, mais vous pouvez être là pour elle.

 

Votre soutien est vital pour son rétablissement, alors offrez votre aide à votre partenaire chaque fois qu’elle en a besoin et ne la jugez pas. Vous pouvez parler à l’obstétricien, à la sage-femme ou au thérapeute de votre partenaire afin d’obtenir plus d’informations sur la maladie et de mieux comprendre ce qu’elle traverse.

 

La période post-partum est également difficile pour les partenaires, alors assurez-vous de vous reposer et de prendre soin de soi. Après tout, vous êtes également occupée à répondre aux besoins de votre bébé, et l’ajustement de la nouvelle parenté sera encore plus difficile lorsque votre partenaire a une dépression post partum, surtout si vous prévoyez une vie après la naissance du bébé pour être un moment joyeux pour votre famille.

 

Sources

Use of psychiatric medications during pregnancy and lactation. American College of Obstetricians and Gynecologists. http://www.acog.org/Resources-And-Publications/Practice-Bulletins/Committee-on-Practice-Bulletins-Obstetrics/Use-of-Psychiatric-Medications-During-Pregnancy-and-Lactation

Postpartum depression. American College of Obstetricians and Gynecologists. https://www.acog.org/-/media/For-Patients/faq091.pdf?dmc=1&ts=20161014T0429060799

Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders. American Psychiatric Publishing. Depression among women. Centers for Disease Control and Prevention. https://www.cdc.gov/reproductivehealth/depression/

Anxiety disorders in postpartum women: A systematic review and meta-analysis. http://www.jad-journal.com/article/S0165-0327(16)30450-5/abstract

Postpartum anxiety disorders. Asian Pacific Journal of Reproduction http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2305050013601190

Brain stimulation therapies. National Institute of Mental Health. https://www.nimh.nih.gov/health/topics/brain-stimulation-therapies/brain-stimulation-therapies.shtml

The transfer of drugs and therapeutics into human breast milk. http://pediatrics.aappublications.org/content/pediatrics/early/2013/08/20/peds.2013-1985.full.pdf

Laissez un commentaire